GénéGallois

La famille, les histoires et l'Histoire

Évolution 1880-1962

Population

Si on se reporte au graphique de population, on remarque que la courbe est assez irrégulière, mais qu’elle indique une baisse importante de la population entre 1804 et 1954.

On est particulièrement attiré par la chute de population entre 1804 et 1817. Cette diminution est due probablement aux nombreuses guerres de l’Empire.

Évolution de la population d'Avernes
Évolution de la population d'AvernesÉvolution de la population d'Avernes

On observe une remontée brusque aux environs de 1820. Elle est due au regroupement des deux communes, St Cyr et Avernes, et la population passe de 200 à 295.

Le nombre d’habitants décroit aussi entre 1907 et 1922 ; ceci est dû très probablement à la guerre.

La baisse du nombre d’habitants continue à être sensible de nos jours. Certes la guerre de 1940-1945 est passée par là, mais il faut noter que beaucoup de jeunes ont tendance à quitter la campagne.

Professions

Une légère progression est à noter dans la profession des habitants.

En 1901 – Tous les habitants ont une profession agricole, exceptés : l’instituteur, le desservant, un colporteur.

En 1926 – Trois personnes ont une profession qui est autre que celle d’un cultivateur. Ce sont : le desservant, l’instituteur, un entrepreneur de transports.

En 1926 – Il y a une institutrice, un charron, un cantonier. Tout le reste des habitants sont des agriculteurs.

En 1931 – La diversité des professions est un peu plus accusée. En plus des cultivateurs, il y a :

  • une institutrice
  • un contremaître
  • un cantonnier
  • un charbonnier
  • trois bûcherons, parmi lesquels un espagnol et un breton qui sont venus faire des coupes dans les bois.

En 1962 – Un bon nombre de jeunes continuent leurs études, et quittent probablement la terre. Il est donc à prévoir que la population diminuera encore, et qu’Avernes restera un village rural.

Changement dans les exploitations

La consultation des deux cadastres, celui de 1914, celui de 1954, permettent d’établir une comparaison à propos des terres cultivées, labourées et laissées en herbage.

Voici un tableau qui parlera mieux que n’importe quel laïus :

 19141954
surface de la commune1188 ha 14001188 ha 4211
terres labourables111 ha 157839 ha 2220
prés641 ha 3651748 ha 8104
taillis futaies388 ha 0410382 ha 3090
bruyères landes37 ha 697710 ha 7717
jardins2 ha 32201 ha 2566
mares1 ha 25900 ha 3462
sols occupés par des bâtiments3 ha 36383 ha 3001
cimetières et églises0 ha 34500 ha 2897
parcs2 ha 3610

Depuis 1914, la commune a accru sa surface. Elle délaisse le labour pour les pâturages et l’élevage. À cause du relief même, Avernes est plutôt voué à l’élevage, favorisé d’ailleurs par le climat normand.

La superficie occupée par les bruyères et les landes a été réduite de plus de moitié.

Les moyens d’exploitation ont également changé. Sur l’ensemble du territoire communal, il n’y a plus que quelques petites exploitations (deux u trois), qui ne possèdent pas leur tracteur.

Bien qu’elle reste une commune rurale, Avernes suit le progrès.